Mac OS X 10.5 : Apple Leopard Tech Talk Paris

leopard tech talk

J’ai pu assister mercredi 24 janvier à une conférence organisée par Apple à l’intention des concepteurs de logiciels pour présenter quelques nouveautés de leur futur système d’exploitation, Mac OS X 10.5, « Leopard ». Autant le dire tout de suite, conformément à l’article 6 du « membership agreement » qui m’engage en tant que membre de l’Apple Developper Connection, je ne peux pas divulguer grand-chose des avancées du produit qui sera dévoilé dans le courant de l’année, et elles sont nombreuses ! Toutefois, c’est pour moi l’occasion de revenir sur quelques fonctionnalités déjà révélées sur le site grand public d’Apple.

Les conférences ont accueilli environ 150 personnes et s’étalèrent de 9 H 30 à 18 H, avec un peu de retard dû à la petite neige qui tombait sur Paris. Paul Burford et Alberto Araoz (je cherche le nom du troisième homme venu de Californie) furent les deux évangélistes de la programmation Mac tout au long de cette journée. Les présentations se déroulaient dans la langue de Shakespeare. Au programme : 9 H 30 – Mac OS X « Leopard » Dev Overview, 11H00 – Core Animation, 12 H – Lunch (Petits fours et vins de Bordeaux à volontés), 13 H – 64 bit developpement in Leopard, 13H30 – Using Objective C 2.0, 14 H – Modern Open GL, 14 H 30 – Image processing and manipulation in Leopard, 15H30 – Pause, 15 H 45 – Introduxing XCode and Interface Builder 3.0, 17H30 – Q&A.
Voici quelques évolutions ayant retenu mon attention :

Prise en charge 64 bits

Enfin, le système de Cuppertino offre la possibilité d’adresser une mémoire virtuelle extensible à 16 exa-octets et 4 téra-octets de mémoire physique. L’intégralité du système d’exploitation fonctionne en mode 64 bits.

Core animation

Le travail des développeurs va être grandement simplifié en matière d’animation grâce à Core animation! Ils peuvent ainsi intégrer de superbes animations à leurs programmes en combinant différents types de média, par exemple un texte, des graphismes 2D, des rendus et des vidéos OpenGL. Core Animation reproduit de façon dynamique ces couches de média ou calques en appliquant des effets de transparence ainsi que des filtres et des effets Core Image. Core Animation met automatiquement à jour le contenu modifié. Les démos étaient plutôt bluffantes de puissance et de simplicité. Je doute toutefois que les machines dépourvues des nouveaux processeurs Intel et de cartes graphiques puissantes suivent la route.

Objective-C 2.0

Apple l’a intégré à Xcode 3.0. Enfin un système sophistiqué de collecte des données obsolètes et la prise en charge des 64 bits ! Mais Xcode conserve une rétrocompatible avec les sources Objective-C existantes.

Indépendance de la résolution d’écran

Fini le bon vieux 72dpi (ppp en français). Les écrans modernes sont plus grands et proposent une meilleure résolution. Alors pourquoi se contenter d’une minuscule barre de menu ou d’icônes rabougries ? Les icônes doublent de taille et le vectoriel est fortement conseillé. Du travail en perspectives pour les concepteurs de logiciels pour rendre leurs applications plus sexy, mais Apple va fournir un système capable de les y aider et de gérer des écrans de 100 ou 160 ppp par exemple. Tiens, cela tombe bien, c’est la résolution de l’iphone. ;-)

Les commentaires sont fermés.